Alcool et langues étrangères: L’alcool améliorerait à la prononciation

Boire un peu d’alcool serait bon pour parler une langue étrangère

D’après la BBC, pour améliorer sa prononciation dans une langue étrangère, il faudrait limiter sa peur de ne pas se faire comprendre ou de se faire moquer et boire un peu d’alcool permettrait d’y parvenir. Faut-il en conclure que pour parler allemand, anglais, italien ou espagnol, on vous conseille de boire un verre? Pas tout à fait.

L’alcool délie les langues

L’alcool délie les langues, dit-on couramment. Et cette expression a été confirmé par des scientifiques. En effet, la consommation d’une faible quantité d’alcool améliorerait la prononciation dans une langue étrangère. Toutefois, une consommation trop importante d’alcool a l’effet inverse et rend le discours lent et surtout confus.

Bière, vin ou schnaps : l’alcool rend beaucoup de gens bavards. Déjà en1972, des chercheurs américains avaient constaté une meilleure prononciation de mots en langue thaï chez des personnes ayant bu de faibles doses d’alcool. Des chercheurs de trois universités, l’Université de Liverpool, le King’s College London et l’Université de Maastricht, ont aujourd’hui travaillé ensemble pour découvrir comment l’alcool contenu dans une bière affecte la capacité à parler une langue étrangère.

Pour ce faire, ils ont recruté 50 étudiants dont la langue maternelle est l’allemand et qui n’avaient appris que récemment le néerlandais comme langue étrangère. Le premier groupe de sujets a reçu une bière avant le test, l’autre groupe une boisson non alcoolisée. La taille de la bière dépendait du poids des personnes testées. Par exemple, un homme pesant 70 kilogrammes a reçu 460 millilitres d’une bière à cinq pour cent. Après avoir consommé la boisson, les participants à l’étude ont été chargés de parler en néerlandais pendant quelques minutes. Au cours de la conversation, les sujets ont été invités à évaluer leurs propres compétences linguistiques dans la langue étrangère.

Une meilleure prononciation grâce au courage ?

La conversation a été enregistrée puis évaluée par des locuteurs natifs du néerlandais. Il s’est avéré que ceux qui avaient déjà bu une bière étaient mieux notés – notamment sur la partie prononciation – que ceux qui avaient consommé une boisson non alcoolisée. Cependant, dans l’auto-évaluation des capacités linguistiques, l’alcool n’a pas montré de différences mesurables entre les groupes.

Les chercheurs ont donc constaté que la consommation d’alcool peut effectivement avoir un effet positif sur la capacité à parler une langue étrangère qui vient d’être apprise. Toutefois, ils ont également souligné explicitement qu’il s’agissait d’une petite quantité d’alcool. ” Et rien ne vous oblige à boire un petit verre pour mieux parler! L’alcool reste nocif pour la santé.

Paris

Leave a Reply Text

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :